lundi, janvier 17

Quels soins en soins palliatifs ?

4

Qu’est-ce que c’est ?

Les soins palliatifs sont la prise en charge de patients atteints de maladies graves et dont le rétablissement n’est plus possible. Ce sont principalement les soins qui visent à améliorer la qualité de vie des patients en fin de vie.

Les soins palliatifs comprennent la prise en charge des différents symptômes, les douleurs éventuelles du patient, les soins de confort mais également le soutien psychologique du patient et de sa famille. Il est possible pour le patient de bénéficier de soins palliatifs dans certains services hospitaliers, dans des structures dites spécialisées ou même à domicile.

A lire en complément : Quel est le rôle de Linfirmier dans un hôpital ?

Les soins palliatifs incluent :

  • tous les soins médicaux pouvant être dispensés par les différentes équipes soignantes
  • un soutien général au malade par toutes les personnes qui travaillent avec lui. Cela inclut les proches et la famille, les psychologues, les travailleurs sociaux, les infirmières, les bénévoles, etc.
  • un véritable soutien relationnel et social aux proches du patient.

Les soins palliatifs ne remplacent pas les soins curatifs, visant à guérison. Ils les complètent puis les remplacent. Les soins palliatifs visent à soulager le malade et à soutenir ses proches selon plusieurs axes :

A lire également : C'est quoi le foyer ?

  • physique (soulager la douleur, les nausées ou les difficultés respiratoires possibles)
  • psychologique (angoisses, tristesse, souci de l’avenir du malade et de ses proches, sentiment d’injustice)
  • spirituel (les personnes malades peuvent ressentir le besoin de faire le point sur leur vie et les actes qu’ils ont commis)
  • social (éviter les problèmes financiers et fournir une certaine aide aux proches).

Lisez aussi : Aide à domicile : salaire, rôle, compétences

Comment cela fonctionne-t-il ?

Selon la loi du 2 février 2016, chaque patient a le droit de choisir le lieu de sa fin de vie. La maison est l’un des lieux possibles. C’est le médecin qui doit déterminer si une hospitalisation à domicile est possible. Ce même médecin reste alors le référent parmi toutes les personnes qui s’occupent de le patient. C’est lui qui assure la sortie de l’hôpital et plusieurs autres situations, telles que :

  • informer le patient et son entourage (toujours avec l’accord du patient),
  • de pouvoir poursuivre les soins par l’intermédiaire de professionnels de la ville avec lesquels il est en contact. Si l’hospitalisation à domicile est impossible, c’est lui qui prend contact avec un Ehpad pour prendre en charge le patient.
  • Il doit contacter les services d’appui si leur besoin est nécessaire et reconnu,
  • gérer l’ensemble de l’aspect social de la situation,
  • rédiger diverses directives anticipées et désigner la personne de confiance,
  • planifier les dates et les heures de libération et remettre la lettre de liaison au patient le jour de son congé, afin de s’assurer que la continuité des soins sera assurée,
  • le médecin veille à l’existence, le cas échéant, d’ordonnances anticipées personnalisées disponibles à domicile ainsi qu’à la transmission d’une fiche de liaison aux services d’urgence (tels que le SAMU).

Pour la plupart des Français, pour une meilleure fin de vie, les soins palliatifs à domicile constituent la meilleure solution. C’est le patient qui le demande, au préalable, et c’est un médecin traitant ou hospitalier qui met tout en œuvre pour respecter le choix du patient.

© iStock À qui s’adresse-t-il ?

Les patients qui peuvent bénéficier de soins palliatifs sont ceux dont l’état de santé est fortement altéré. Cela concerne principalement :

  • victimes d’un accident grave avec des dommages irréversibles
  • personnes souffrant d’une maladie grave ou incurable
  • personnes en fin de vie.

Dans certains cas, des personnes en fin de vie ne reçoivent pas de soins palliatifs et des cas où des soins palliatifs sont fournis à des personnes qui ne sont pas en fin de vie.

Lisez aussi : Fin de vie : qu’est-ce que la sédation profonde ?

Comment en bénéficier ?

Une personne peut bénéficier de soins palliatifs lorsqu’elle traverse une période critique période de leur traitement. Des soins palliatifs peuvent alors être proposés en plus des soins curatifs.

Des soins palliatifs sont également proposés lorsque les soins curatifs n’améliorent pas l’état de santé du patient. Il faut alors prendre la décision de préserver plutôt la qualité de vie du patient et de ses proches. Pour que cela ait lieu, un médecin doit approuver la demande de soins palliatifs du patient.

Les

avantages Permettre aux patients qui souhaitent opter pour des soins palliatifs à domicile améliore leur qualité de vie. Cela a un effet plus que positif sur leur état de santé. Ainsi, le patient reste dans ses habitudes quotidiennes, dans son propre univers et auprès de ses proches.

Cette solution rassure le patient et lui permet de garder un rythme de vie proche de celui qu’il a connu jusque-là, contrairement à une hospitalisation qui peut provoquer un traumatisme, une perte de points de référence. Cela est particulièrement vrai pour les personnes souffrant de troubles cognitifs ou de désorientation.

Combien cela coûte-t-il ?

Les soins palliatifs sont des soins couverts par l’assurance maladie jusqu’à 80 %, comme pour toute hospitalisation. Ce taux passe à 100 % lorsque la personne est traitée pour une affection à long terme.

L’allocation d’autonomie personnalisée (ou APA) et le fonds national d’action sanitaire et de protection sociale (FNASS) sont spécialement destinés aux personnes recevant des soins palliatifs et peuvent donc les aider à financer ces soins. Le principal soignant, s’il s’agit d’un parent, peut également demander un congé de solidarité familiale (permet au salarié d’aider un proche dont la maladie met en danger le pronostic). Il lui est également possible de bénéficier de l’indemnité journalière pour accompagner une personne en fin de vie, fixée à 56,27 euros par jour.

Aides possibles

Il est possible de faire appel à des soignants pour aider votre entourage à prendre soin de la personne malade. Cela implique également de contacter les fournisseurs concernant un équipement spécifique ou une assistance à distance.

La personne malade ou âgée peut également obtenir des informations auprès de son mutuelles ou leurs diverses assurances, s’ils en ont (assurance soins de longue durée ou assurance prévoyance, par exemple). Les différentes aides peuvent être utiles pour payer le confort et l’équipement de soutien à domicile nécessaires à la personne.

Lisez également :

  • Lit médicalisé : comment fonctionne la location ?
  • Comment financez-vous votre soutien à domicile ?
  • Mourir à la maison : comment accompagner la fin de vie d’un proche ?