dimanche, décembre 4

TradWife : mouvement pour redorer l’image des femmes au foyer

302

L’épicerie, l’aspirateur et la lessive sont le quotidien de ces ménagères pour qui les tâches ménagères sont un plaisir et non une corvée.

Un brossage impeccable, un collier de perles, un gilet qui révèle une blouse vichy rouge, une jupe midi plissée et des gants en latex jaunes… on dirait un grand retour dans les années 50. Cependant, celui qui porte cette tenue vit bien en 2020. Elle s’appelle Alena Kate Pettitt, elle est femme au foyer, auteure, blogueuse et influenceuse. Dans cet ordre.

A lire en complément : Comment s'installer infirmier libéral ?

La Britannique à la tête du blog The Darling Academy est ce qu’elle appelle une TradWife, pour Traditional Wife. Sur sa chaîne YouTube ou son compte Instagram, elle explique comment être une épouse parfaite : comment dépoussiérer efficacement, repasser correctement les chemises et subvenir à tous les besoins ménagers de son mari. Le mouvement TradWives reste très marginal mais son compte Instagram fédère néanmoins une communauté majoritairement féminine de 12 000 personnes. Après des années de lutte pour attirer des femmes hors de la cuisine, le mouvement TradWife et son esthétique inspirée des années 50 surprennent.

Qu’est-ce qu’un TradWife ?

Être une TradWife est un choix et un mode de vie. Et il ne s’agit pas seulement d’être femme au foyer . Par ailleurs, Myriam Boussabah-Bravard, professeure spécialisée en histoire des femmes et du genre, rappelle « qu’il y a toujours eu des femmes au foyer, même après l’acquisition de leurs droits et donc leur émancipation ». Qu’est-ce qui distingue une TradWife d’une femme au foyer moderne ? Pour Alena Kate Pettit, tout est une question de priorités : « Être une TradWife signifie que le travail domestique et la famille passent avant tout », explique-t-elle. Elle, qui est aussi l’auteur de deux livres et tient plusieurs comptes sur les réseaux sociaux, nous assure que son « rôle premier est de s’occuper de la maison et de la famille ». Et pour ce faire, avec le sourire. Parce que c’est le but du combat d’Alena Kate Pettitt, restaurer l’image des femmes au foyer.

Lire également : Comment déclarer le soutien scolaire à domicile ?

Réhabiliter l’image des femmes au foyer

« Grâce aux médias, les femmes au foyer ne sont plus appréciées », répète la fée de la maison. Il faut dire qu’entre la série Desperate Housewives et les émissions de téléréalité de type The Real Housewives of Beverly Hills, l’image de la ménagère a pris un sacré coup. Alena Kate Pettitt regrette donc que ses pairs soient « dépeints comme misérables et soumis à des corvées ménagères, coincés dans une maison qui est devenue leur prison ».

La créatrice de The Darling Academy s’est donc tournée vers les années 50 et son esthétique de la ménagère parfaite et « ses magazines pour les femmes au foyer , des livres qui encouragent les femmes à bien faire leur travail domestique. » Parce que pour Alena Kate Pettitt, le travail domestique est sérieux, « comme une carrière, et en plus de cela, une carrière épanouissante ». Elle reste néanmoins consciente que la vision actuelle des femmes dans les années 50 est probablement fausse et que l’ère de la femme au foyer puissante, libre et glamour n’a probablement jamais existé. Mais cela ne l’empêche pas d’épouser même les plus gênants, comme la soumission de la femme à son mari.

Un mouvement qui se nourrit des failles du féminisme

Sur son blog, Alena Kate Pettitt rappelle à ses lecteurs que leur mari doit toujours passer en premier. Délibérément provocatrice, la Traditional Wife dénonce une époque de « féminisme agressif et de dénigrement de l’homme ». Et ce n’est pas Lillian, connue sous le nom de The Post Modern Mom sur les réseaux sociaux, qui dira le contraire. Cette Américaine vivant en Angleterre, mère de deux enfants et épouse heureuse se dit déçue par le féminisme qui a « poussé qu’elle considère les hommes comme une fin en soi et non comme de grands partenaires de vie. »

Pour Alena également, le féminisme n’a pas tenu ses promesses. « Je pensais que le féminisme devrait permettre aux femmes d’avoir le choix, et pourtant mon choix est dérangeant », dit-elle, un peu amère. Depuis sa création, le mouvement TradLife a été construit comme un contrepoids au féminisme. En 1963, alors que la publication de The Feminine Mystique lançait la deuxième vague féministe, Helen Andelin publiait Fascinating Womanhood et lançait le mouvement TradLife. Ces ménagères néo-tradi construisent ainsi leur idéologie dans les failles du féminisme. Pour la journaliste britannique Sally Howard, auteure de The Home Stretch, « les féministes deviennent la cause de tous leurs problèmes ».

Lillian affirme ainsi que le féminisme l’a servie en tant que femme. Elle, fan des traditions, qui a ironiquement choisi le nom de « maman post-moderne » reproche au mouvement pour l’égalité des sexes d’avoir « affaibli la culture de la famille en Occident ».

Les femmes sont mieux équipées pour rester à la maison

Être une TradWife est avant tout une affaire de famille. Mais cela en dit long sur les femmes et la féminité. Les deux femmes des ménages traditionnels sont formelles, leur choix de s’occuper de la maison est principalement une question de dynamique de couple. « Je ne parle que de ce qui fonctionne pour moi et pour ma relation avec mon mari », défend Alena Kate Pettitt. Il en va de même pour Lilian, qui nous dit que « chaque couple est unique et doit trouver son équilibre ».

Oui, mais si nous parlons d’une femme au foyer et non d’une femme au foyer , ce n’est pas un hasard. « Les hommes et les femmes sont capables d’effectuer des travaux domestiques, mais certaines différences biologiques nous rendent plus enclins à certaines tâches », explique Alena. L’argument biologique résonne également chez Lillian, qui affirme que les femmes « souffrant » de changements hormonaux » sont naturellement mieux équipées pour rester à la maison.

Profondément différencialiste, la maman post-moderne estime également que les femmes sont naturellement plus « agréables » que les hommes. Cela leur permet d’obtenir des postes de direction. Donc, une certaine idée des femmes, des hommes et du management.

Derrière le choix, un autre système de valeurs

Le monde du travail, les deux mères au foyer en ont fait l’expérience. Lillian était professeur de musique, Alena était responsable marketing dans l’industrie des cosmétiques. Mais aucune n’a vraiment trouvé sa place dans le monde de l’entreprise. Alena a même fait « une sorte de burn-out » avant de finalement arrêter de travailler quelques mois avant la naissance de son fils. À la fin de son congé de maternité, Lillian peine à imaginer confier ses enfants à des inconnus pendant qu’elle enseignait la musique à d’autres personnes. Elle a donc choisi d’éduquer elle-même ses enfants. Et « voir ses enfants s’épanouir », c’est désormais ce qu’elle préfère dans son quotidien. On aura compris, ce que ce n’est pas TradLife qui les a choisis mais le contraire.

C’ est un choix personnel, oui. « Nous nous réunissons sous un hashtag parce que beaucoup d’entre nous sont isolés dans notre communauté » explique Alena, qui nous assure qu’il s’agit d’un mouvement international, multireligieux et multiculturel de grande envergure. Elle regrette aussi que son choix personnel soit « associé aux suprémacistes blancs et à l’extrême droite ». Cependant, il est difficile de ne pas voir un système de valeurs proche de celui de la droite conservatrice dans ce mode de vie qu’elle documente et promeut sur les réseaux. « Elle habille un choix, qui dans son cas est présenté comme personnel, avec des vêtements de politisation, ceux de la droite dure », commente Myriam Boussabah-Bravard.

Pour Lillian, c’est même clair. Son utilisation du terme « post-moderne » est le souhait d’un retour aux valeurs traditionnelles d’après l’ère moderne. Derrière la défense du choix de toutes les femmes, tartes aux fruits et tabliers, on trouve un autre système de valeurs qui nous fait remonter quelques années en arrière.